Pour l instant pas de bonne connexion, donc pas de photos disponibles, mais un jour viendra!!

Apres cette arrivee fracassante a Patras, nous prenons le train puis le bus pour Olympie, juste le temps de s apercevoir qu en Grece, on roule en 4X4 et en pick-up, on possede souvent un chauffe eau solaire (du simple reservoir peint en noir, au systeme a panneaux solaires), et l on cultive essentiellement de l olive (et c est rien de le dire).

On arrive de nuit, et on se rend compte que c est la fin (faim?) de saison touristique : les commercants sont moroses, la ville et ses infrastructures a touristes est morte.

Bat opte pour l auberge de jeunesse a 10 euros, je prefere dormir sous un olivier en montagne (quel radin je fais…). La nuit se passe bien mis a part les aboiements de chiens, qui m ont repere a l odeur, pourtant j etais parti loin (et j etais presque propre)…

Le lendemain, on part, en forme olympique (hum hum, un peu facile…), pour le site antique, et la quelle surprise : le site est enorme et je suis emu par tous ces vestiges des temps anciens, c est vraiment romantique : quelques morceaux de gigantesques colonnes trainent, il ne reste que des traces des fondations des batiments mais l on devine une architecture complexe et une cite riche. Des amas de caillous sont assembles methodologiquement afin de correspondre a leur emplacement d origine presume. Cela laisse un place importante a l imaginaire, et cela en devient touchant. Une petite notice explicative concise en grec et en anglais donne toutes les informations historiques necessaires pour aider encore un peu plus a cadrer notre imaginaire.

Olympie, les ruines

Olympie, les ruines

Apres avoir vu le temple de Zeus, central mais completement detruit, sauf une colonne restauree immense, on arrive sur le stade. C est grand mais pas grandiose, et c est beau, c est sauvage, abandonne mais paisible. On decouvre de vieilles incriptions anciennement posees a cote de statues offertes aux dieux comme offrande pour pardonner les pechers des athtletes tricheurs. Ces incriptions relatent precisement les mefaits de ces vilains tricheurs, les nommant et les acclablant ainsi pour la posterite! Rien a voir avec l esprit des jeux olympiques actuels..

On decouvre aussi des salles de debats philosophiques et de rencontres, ainsi que les thermes (ou les lanceurs de javelots frottaient le dos des lanceurs de poids avec delectation, enfin desole, mon imagination est sans doute alteree par des vieux cliches…)

On finit par le musee archeologique, qui contient des reliques de tous les ages, et en particulier les restes de fresques des facades Nord et Sud du temple de Zeus, tout simplement exceptionnelles : l une raconte une bataille entre des centaures qui, invites a une fete, commencerent a abuser des jolies femmes presentes, et se firent corriger sur ordre d un Apollon central de toute beaute (j aurai bien aime lui frotter le dos dans la therme a ce dieu la!!!) et l autre representant une fameuse course de chars dont la tragedie finale etait helas prophetise par l oracle : le pere donnait la main de sa fille a quiconque le battrait a la course de char (lui imbattu car possedant des chevaux de Poseidon) mais les perdants devaient accepter de mourrir. Helas un petit malin avait des chevaux de Zeus, qui bien entendu se deplacaient a la vitesse de l eclair. L oracle avait prophetise que le pere mourrait a cause de son beau fils, alors il pensait qu en battant tout les pretendants a la main de sa fille a la course aux chars, il allait s en tirer, comme s il pouvait echapper a son destin, nom de Zeus!!!

fresque du temple de Zeus, partie Apollon

fresque du temple de Zeus, partie Apollon

Bon, je suis pas tout a fait sur de mon interpretation de l histoire, mais elle est belle comme ca alors, de toute facon on n est plus a une inexactitude historique pret de nos jours, j assume mes eventuelles transgressions!

Aussi on retrouve representes les 12 travaux d Hercules, aussi jadis presents dans le temple et maintenant reconstitutes dans ce musee, mais je ne vous les relaterai point, je risque de me discrediter et de pondre le billet de blog le plus long de l histoire d Internet..

Donc pour en finir avec Olympie et son musee, on peut voir pas mal des statues grecques, qui sont magnifiques : a la fois sensuelles et justes, jamais pompeuses ou baroques, simplement touchantes.

Ouf j en ai fini de cette redaction marathon, si vous arrivez jusqu ici, vous avez gagne une medaille, ainsi qu un droit d acces aux thermes avec la ou les personnes de votre choix!